Un Français sur trois serait favorable à un Frexit



Si un référendum était organisé en France, un Français sur trois se prononcerait pour une sortie de l’UE. 66 % des sondés sont pour le maintien de la France au sein de l’Union européenne. 64 % des Français estiment qu’elle existera encore dans vingt ans.

Selon le sondage Ifop pour le journal Causeur, un Français sur trois voterait en faveur d’une sortie de l’Union européenne si on décidait d’organiser un référendum portant sur le maintien de la France dans l’UE. Le profil de ce Français eurosceptique est le suivant: il a entre 25 et 64 ans, il n’appartient pas aux « catégories aisées », il est ouvrier plutôt que cadre supérieur, affiche sur son CV peu ou pas de diplômes, vit en province plutôt qu’à Paris et ne réside pas, en général, dans le quart nord-ouest de l’Hexagone. Politiquement, il se sent plus proche du Front national (78% de ses sympathisants seraient pour un Frexit) mais peut aussi se reconnaître dans les idéaux du Front de gauche.

Dans le même temps, 66 % des sondés sont pour le maintien de la France au sein de l’Union européenne. 64 % des Français estiment qu’elle existera encore dans vingt ans.

« Notre sondage démontre finalement, à ceux qui en doutaient encore, que l’Europe n’a peut-être aujourd’hui plus que deux options: protéger enfin ses citoyens (du terrorisme, d’une immigration incontrôlée, de la désindustrialisation, du chômage, de la globalisation…) ou disparaître. Non pas d’un coup donc. Mais par lente dissolution dans le grand bain agité de l’Histoire », estime Causeur.

D’après une autre étude récente dirigée par l’Université d’Édimbourg, plus d’un Français sur deux (53 %) souhaiterait pouvoir décider du destin de son pays au sein de l’UE à travers un référendum.

Mené auprès de 8.000 électeurs à travers six pays de l’Union (Allemagne, Espagne, France, Irlande, Pologne et Suède), ce sondage, qui portait sur des questions liées au Brexit, demandait aux Européens s’ils voulaient un référendum identique à celui organisé par les Britanniques dans leur propre pays. Les Français ont été les seuls à le désirer majoritairement. Les Suédois arrivent derrière, avec 49%, devant les Espagnols (47%), les Allemands (45%), les Polonais (39%) et les Irlandais (38%).

Lire l’article depuis sa source : fr.sputniknews.com

Laisser un commentaire