Un groupe armé proche d’Al-Qaïda revendique avoir abattu l’avion de l’armée syrienne



Un groupe rebelle syrien allié à Al-Qaïda a affirmé mardi avoir abattu un avion militaire du régime au-dessus de la localité d’al-Eis, dans le nord de la Syrie, une opération auparavant attribuée aux jihadistes du Front al-Nosra.

Dans un communiqué sur Twitter, le groupe salafiste Ahrar al-Sham qui se bat aux côtés du Front al-Nosra, branche syrienne d’Al-Qaïda, affirme « avoir abattu un avion qui menait des raids » sur la localité.

Citant des sources de l’armée, un site d’information progouvernemental, Al-Masdar News, identifie le pilote capturé comme étant Khaled Saïd, ajoutant que le co-pilote, Moussab Hourani, a été tué.

Ces informations n’ont pas été confirmées par le gouvernement syrien ou l’armée.

Plus tôt, aujourd’hui, un avion, Su-22, appartenant aux forces aériennes syriennes près de la localité d’al-Eis dans la province d’Alep. Le missile a été tiré depuis le sol au moment où le Su-22 syrien était en train d’effectuer un vol de reconnaissance au-dessus de la région d’Alep.​ Une source rebelle a précisé que l’avion avait été abattu au moyen de la DCA (défense contre les avions). Selon Al Jazeera Mubasher, le pilote du Su-22 a éjecté et ensuite a été capturé par des terroristes du Front al-Nosra.

Les combattants d’Al-Nosra avaient pris le contrôle avec d’autres groupes jihadistes de la ville d’al-Eis qui surplombe la route Damas-Alep, à l’issue d’une violente bataille contre l’armée et son allié le Hezbollah chiite libanais, dont au moins 12 membres ont péri.

Ahrar al-Sham, qui déclare faire partie de l’opposition syrienne dite « modérée », juste les 27-28 mars a violé le cessez-le-feu à neuf reprises. Pour la seule journée du 27 mars, deux civils ont été tués et six blessés suite à leurs attaques.

Le 22 février, les présidents russe et américain, Vladimir Poutine et Barack Obama, ont approuvé un plan de cessez-le-feu en Syrie. Cette initiative a été appuyée par les dirigeants de nombreux autres pays qui se sont déclarés prêts à contribuer à sa réalisation. La trêve est entrée en vigueur le 27 février à minuit.

La trêve ne concerne pas les organisations terroristes Etat islamique (EI ou Daech), Front al-Nosra (branche syrienne d’Al-Qaïda) et d’autres groupes reconnus comme terroristes par le Conseil de sécurité de l’Onu.

Lire l’article depuis sa source : fr.sputniknews.com

Laisser un commentaire