Un groupe de militants indépendants réagit aux émeutes de Bgayet



Un groupe de militants indépendants et de journalistes kabyles a rendu un communiqué pour dénoncer d’abord la politique destructrice du régime algérien et afin d’appeler les manifestants de ne pas « tomber dans le piège de la violence ».  Il s’agit, en effet, d’Ali Aït-Djoudi, Essaid Aknine, Hacène Loucif et de Tahar Si Serir. 

« Quand on érige la violence en mode de gestion des affaires de tout un pays, quand la menace remplace l’écoute, quand la baïonnette est substituée à la sagesse d’un discours hautement responsable, quand le mensonge pervertit chaque mot de tuteurs autoproclamés de tout un peuple, aussi irresponsables que cyniques, quand l’horizon est assombri par des décideurs réduits aux conditionnements du réflexe de Pavlov par une géopolitique de conflit se nourrissant de toutes les raisons sécuritaires d’Etat et livrant le destin d’un patrie entière  à l’aventure, quand l’ensemble d’une clanocratie illégitime, criminelle et mafieuse prend en otage les institutions d’ un Etat, quand elle se prend pour cet Etat, quand ses barons ne perçoivent en toute manifestation citoyenne que le signe d’une guerre, il suffit de la moindre manifestation pacifique d’une colère légitime pour que la police politique et les différents services claniques de sécurité mettent leur arsenal de la sauvagerie en branle », lit-on au préambule de la déclaration.

Ces militants très actifs sur le terrain pour la cause démocratique remarquent « qu’étrangement, les techniques de gestion de la tension sociale observée ces derniers jours dans les wilayas de Bgayet, de Tizi Wezzu et d’autres régions du pays rappellent celles précédant les tueries de Ghardaïa et la mise en application de la stratégie du chaos local en Kabylie, en 2001 ». De ce fait, « nous exhortons les barons de la clanocratie à cesser immédiatement l’organisation de tous les dérapages pour justifier la répression », ajoutent les signataires.  Ils se sont adressés directement au régime pour le mettre devant sa responsabilité : « vous serez les responsables et les coupables exclusifs de la moindre goutte de sang versée, arrêtez la manipulation ! Arrêtez la répression ! Arrêter vos manœuvres visant à opposer les algériens les uns aux autres.  Arrêtez de prendre nos enfants pour de la chair à canon ! Arrêtez d’utiliser la Kabylie et toute autre région de l’Algérie comme terrain d’affrontement pour des rééquilibrages claniques inhérents à la crise de l’héritage des privilèges de l’exercice du pouvoir et de la rente que vit votre système. Libérez, immédiatement et inconditionnellement   tous les manifestants arrêtés Libérez, immédiatement et inconditionnellement, tous les détenus d’opinion.  Nos enfants ne seront pas sacrifiés pour que soit assuré l’avenir des vôtres.  Le « monstre du Loch Ness » et ses dérivés ne livreront pas, cette fois-ci, les aspirations profondes de notre peuple à l’appétit vorace de votre criminalité ».  Notons, que les deux partis politiques les plus implantés en Kabylie, à savoir le FFS et le RCD, n’ont pas encore réagi officiellement aux émeutes qui secouent la Kabylie.

Lounès B pour Tamurt

Source : tamurt.info

Laisser un commentaire