Un programme pour réduire l’importation de semences de pomme de terre



MOSTAGANEM – Le ministère de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche a élaboré un programme s’étalant jusqu’à l’horizon 2019, pour réduire les importations de semences de pomme de terre, a indiqué, à Mostaganem, le directeur de la régulation et le développement des produits agricoles au dit-ministère.

En mage de l’ouverture du salon international de développement de la filière de pomme de terre  « Batata Expo 2016 »,  Ammari Chérif a souligné mardi, dans une déclaration à l’APS,  que ce programme « sera mis en oeuvre progressivement pour réduire, chaque année, de 30 pour cent, ces importations, à partir de la saison agricole 2016-2017 ».

« L’objectif est de mettre fin à ces importations de semences de pomme de terre à l’horizon 2019 », a-t-il ajouté.

La quantité de semences importées est en régression d’une année à une autre surtout des semences de type A dont le volume est passé de 160.000 tonnes en 2014 à 140.000 tonnes (bien 140.000 t) en 2015 puis 120.000 t cette année.

« Ces importations  d’Europe coûtent aux importateurs privés quelque 100 millions de euros par an », a précisé le même responsable.

Il a fait état d’un programme d’équipement des laboratoires de l’institut national de protection végétale et de ses stations régionales en matériels et compétences scientifiques pour effectuer des analyses de semences importées.

Selon le même responsable, quelque 2.000 tonnes de pomme de terre ont été exportées dernièrement vers l’Europe, les pays du Golfe. Il a signalé que d’autres opérations d’exportation sont prévues vers la Russie, des pays d’Asie et d’Afrique.

Par ailleurs, selon le même directeur, le ministère de tutelle œuvre actuellement, en collaboration avec les professionnels de la filière de pomme de terre , à adopter des mesures de facilitation aux investisseurs dans le domaine de l’industrie de transformation liée à la pomme de terre.

Un surplus de production de pomme de terre a été enregistré, ces dernières années, nécessitant l’adoption de facilités d’investissement en offrant des assiettes foncières et en accordant des facilités bancaires (crédits bonifiés) pour la création d’unités de transformation liées à la filière de pomme de terre et pour encourager les opérations d’exportation.

Le même responsable a assuré que la pomme de terre sera disponible durant le mois du Ramadhan et la saison estivale, avec des prix à la portée du consommateur.

La commercialisation, au mois d’avril et mai, de 60.000 tonnes de pomme de terre stockée a permis la disponibilité de ce produit avec la stabilité des prix, souligne-t-on.

Pour rappel, le salon international de développement de la filière de pomme de terre enregistre la participation de 50 exposants nationaux et étrangers versés dans divers créneaux liés à cette culture.

Cliquez ici pour lire l’article depuis sa source

Laisser un commentaire