Un train qui rivalise avec l’avion testé aux Etats-Unis



En 2020, le nouveau moyen de transport sera dédié au transfert de passagers.

Le premier test de l’Hyperloop, ce train du futur conçu comme capable de se déplacer à la vitesse d’un avion, a eu lieu aux Etats-Unis. Lors de ces tests, le train, d’une longueur de trois mètres, a parcouru 457 mètres à une vitesse de 185 km/h.

A la fin du trajet, le train a percuté un tas de sable car la compagnie n’a pas encore inventé un système de freinage pour son moyen de transport, a annoncé le directeur exécutif de Hyperloop Rob Lloyd dans une interview au Wall Street Journal.

L’Hyperloop est un projet de recherche industrielle lancé en 2013 par l’ingénieur et inventeur américain d’origine sud-africaine Elon Musk. Ce dernier le définit comme le cinquième mode de transport, après le bateau, l’avion, la voiture et le train.

L’hyperloop consiste en un double tube surélevé dans lequel se déplacent des capsules. L’intérieur du tube est sous basse pression afin de limiter la friction de l’air. Les capsules se déplacent sur un coussin d’air propulsé à partir de multiples ouvertures sur leur base, ce qui réduit encore les frottements. Elles sont propulsées par un champ magnétique généré par des moteurs à induction linéaires placés à intervalles réguliers à l’intérieur des tubes.

​En théorie, le système pourrait permettre de voyager du centre de Los Angeles au centre de San Francisco en moins de 30 minutes, ce qui représente une distance de 551 kilomètres à plus de 1.102 km/h, soit plus rapidement qu’un avion qui parcourt la même distance en 35 minutes à une vitesse de 885 km/h.

​En janvier 2015, Elon Musk a annoncé qu’une piste d’essai de 5 miles, soit environ 8 km, serait construite au Texas.

Le nouveau train sera utilisé tant pour le transport de passagers que pour la fourniture de marchandises. 

Les premiers transferts de passagers pourraient être effectués avant la fin de 2020. Le coût estimatif du projet de construction des trains et du réseau de chemins atteindra 8 milliards de dollars.

Lire l’article depuis sa source : fr.sputniknews.com

Laisser un commentaire