Vacances : le top 5 des plus belles plages de l’ouest du pays



La saison estivale touche à sa fin. Il ne reste que deux semaines pour la fin des vacances. Pour les derniers jours du mois d’août et les retardataires, nous vous proposons une sélection des cinq meilleures plages de l’ouest du pays à découvrir pour une escapade tranquille par excellence.

Madagh, la sublime

Vacances : le top 5 des plus belles plages de l’ouest du pays

À l’ouest du pays, tout le monde vous parlera de Madagh et de ses deux magnifiques plages. Avant d’atteindre ces deux plages coincées entre Oran et Aïn Témouchent, on peut déjà admirer la magique corniche oranaise s’étalant de Mers El Kebir à Aïn El Turck. C’est une belle petite route de bord de mer dont tous les Oranais sont fiers.

Après les Andalouses, il faut mettre le cap à droite vers El Ançor puis emprunter la sinueuse route surplombant une série de criques. Une dizaine de kilomètres d’étroits sentiers bordés de cistes, d’acacias en fleur et de lavandes offrent une vue somptueuse sur la Grande bleue. De petites pauses permettent d’admirer les vues magiques en contrebas. Ce territoire sauvage et verdoyant par la grâce de sa célèbre forêt éponyme, est un paradis pour randonneurs et les amoureux de la nature.

Il faut donc rouler allègrement sur une magnifique route jusqu’aux parkings tout près des deux plages dessinées sous forme de deux croissants de sable fin. La première plage est oranaise. La seconde est rattachée à la wilaya de Aïn Témouchent voisine. Ces deux plages sont propres et calmes. Idéales pour les familles en quête de quiétude. On peut aussi profiter des balades sur les sentiers qu’embaument le thym et la lavande.

Un paradis nommé Sbiâat

Aïn Témouchent tient le haut du pavé en matière de littoral vierge, la Méditerranée n’est jamais loin. À l’opposé des très agitées et bondées plages d’Oran, celles de Aïn Témouchent, remportent tous les suffrages. Et chaque année, une page en détrône une autre. Et de tout ce joli littoral, un nom se distingue : Sbiâat.

Vacances : le top 5 des plus belles plages de l’ouest du pays

Cette plage fruit d’un confetti volcanique s’atteint en une heure de route à partir d’Oran. On se laisse happer par le charme de l’endroit magique et par une nature à couper le souffle entre falaises vertigineuses et végétations sauvages. Ses eaux limpides et sa tranquillité font d’elle une excellente destination. Cette beauté géologique avec ses célèbres calanques rend ce massif unique dans le paysage. Ici, il n’y a ni immeubles ni villas, place aux grandes falaises nues qui tombent dans la mer. On peut déplier ses parasols ou louer pour 1 000 dinars une tente sur cette jolie petite plage de sable fin. La journée commence tranquillement.

Le totem de la région se trouve au milieu d’un décor qui sépare les deux plages coiffées d’une tour d’architecture sarrasine. On peut ainsi profiter de cette splendide piscine naturelle allongée le long des vagues. Pas loin d’ici, on peut reprendre la route et aller admirer une succession de villages de carte postale : Hammam Bouhadjar, Hassi El Ghela ou encore El Maleh, où règne une prédilection pour la pêche locale, et le bonheur de déguster du savoureux poisson frais.

À 1 000 dinars le plat garni, on peut ainsi déjeuner en famille. Daurades, crustacés et merlan au menu. On peut aussi commander de belles grillades de poissons et des salades bien fraîches. L’idéal est aussi de faire une autre incursion, le temps de déguster une soupe de poissons à Béni-Saf, où on peut profiter d’une escapade qui enroule ses ruelles autour de son port. Pour l’hébergement, le Complexe Targa propose des bungalows pieds dans l’eau avec une vue sur un jardin et une piscine à 13 000 dinars la nuitée.

Rivage majestueux à Mostaganem

Vacances : le top 5 des plus belles plages de l’ouest du pays

Loin de l’effervescence des grandes villes, à seulement trente minutes à l’est d’Oran, la côte mostaganemoise conjugue tous les bienfaits. Un petit écosystème où cohabitent estivants et pêcheurs. On peut ainsi admirer une mer souvent calme, des collines de sable et des vignobles verdoyants. Vous cherchez une paix royale ? Il n’y a pas mieux que le rivage majestueux qui se prolonge vers Sidi Ali. Porté par un élan curieux, on suit l’invitation du large. Pas facile de choisir une plage ici : pas moins d’une dizaine sont toutes proches. Une petite traversée d’un petit désert (il faut compter 5 à 10 minutes de marche sous un soleil de plomb pour atteindre le rivage). C’est une station balnéaire décontractée et dépaysante. On peut aussi visiter la pêcherie. Le gardien vous demandera 100 dinars pour y accéder en voiture. Le détour en vaut la peine. Un bel endroit pour profiter de crépuscules sur la baie.

Dans la crique voisine, les pêcheurs tardifs en profitent aussi. « Ici, les prises de maquereaux sont bonnes », témoigne un pêcheur. Il flotte un doux parfum d’insouciance. Pour déjeuner, il n’y a pas mieux que de prendre du poisson que propose la multitude de petits restaurants populaires éparpillés près de la pêcherie et tout au long de la Salamandre. Mais un conseil : il faut demander le prix à l’avance au risque d’avoir des surprises une fois le repas consommé. Pour l’hébergement, la plupart des établissements hôteliers affichent complet actuellement. Nous avons difficilement déniché un établissement qui a des offres disponibles. Le Complexe Bouzour propose « des bungalows (F3) avec vue sur piscine. Les chambres sont facturées à partir de 10 000 dinars la nuitée », selon la réceptionniste.

Détour épicurien à Marsat Ben M’hidi

Vacances : le top 5 des plus belles plages de l’ouest du pays

À 130 km de Tlemcen, à l’extrême ouest du pays, à un jet de pierre de Saïdia, la Marocaine, Marsat Ben M’hidi (ex-Port Say) est une superbe carte postale. Le visiteur est happé par un panorama sauvage, des eaux limpides et des récifs chatoyants. Ses trois plages (celle du village, Moscarda 1 et Moscarda 2) et leurs mythiques roches granitiques sculptées par le sable, sont coincées entre le vent et les vagues depuis des millénaires. Émeraude ou turquoise de loin, translucide de près, la mer flirte avec les 30 degrés et abrite toute la splendeur de la Méditerranée.

Pour l’hébergement, l’hôtel résidence Ziani propose « des chambres à 6 000 dinars la nuitée », affirme le réceptionniste qui précise que « l’établissement ne fait pas des réservations par téléphone ». Il faut dire qu’ici, l’offre hôtelière est dérisoire. N’empêche, il y a aussi une vraie vie qui ne demande qu’à être approchée. Un endroit d’où émergent de gros rochers de granit adoucis par la mer et burinés par le temps. La bonne humeur, contagieuse, explose un peu partout. Les anses de sable brun offrent un décor chatoyant. Les chemins de la montagne surplombant le rivage sont escarpés. À flanc de montagne, à moitié noyée, on peut contempler l’horizon. Le lieu est tout simplement magique !

Aïn Franine et sa mythique source thermale 

Vacances : le top 5 des plus belles plages de l’ouest du pays

Aïn Franine est la plage la plus sauvage du littoral oranais. Les familles la plébiscitent pour son calme et surtout pour les eaux de sa source thermale. Une source aux eaux riches en souffre qui leur confère d’innombrables vertus thérapeutiques. Pour l’atteindre, il faut arpenter la sinueuse route de Kristel, à l’est d’Oran. Sur près de quelques kilomètres après Belgaïd, il faut descendre en direction de la mer. Une fois la voiture garée dans le parking, deux escaliers vous permettent de descendre vers le rivage. On resterait des heures face aux flots bleus. Un paysage ondulant, des criques par dizaines.

Source : tsa-algerie.com / Sihem Hadid

Laisser un commentaire