Valls abordera le dossier sécuritaire avec Sellal :L’union sacrée



accompagné de 10 membres de son gouvernement, le Premier ministre français effectuera une visite à Alger les 9 et 10 avril prochain.

La visite du Premier ministre français à Alger, à la tête d’une délégation composée d’une dizaine de ministres, entre dans le cadre des échanges désormais réguliers et soutenus entre l’Algérie et la France, mais intervient dans un contexte quelque peu particulier. Il faut dire, en effet, que l’actualité dominante ces derniers jours est prioritairement sécuritaire.
Le Premier ministre et la délégation qui l’accompagne discuteront certainement d’éducation, de culture et d’économie, mais il reste que le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, sera certainement le ministre qui aura à aborder le dossier le plus lourd, lors de cette visite.
Même si la visite interviendra dans une quinzaine de jours, les attentats contre le coeur de l’Europe et la menace pesante sur toute la France, garderont toute leur place dans les mémoires des officiels français. La situation sécuritaire est également en pole position des préoccupations des autorités algériennes qui voient d’un très mauvais oeil la dérive que vit présentement la Libye et le risque d’explosion que fait peser sur la région une éventuelle intervention occidentale armée sur l’ensemble des pays de la région.

C’est dire donc que l’aspect sécuritaire du partenariat algéro-français sera au centre des discussions, pour la simple raison que les deux capitales prennent très au sérieux les probables implications de n’importe quelle initiative, en Europe, en Algérie ou en Libye. Il va de soi que le discours algérien sur le sujet est bien connu, et son règlement est fortement lié à un essor politique en Libye. Mais la question de la radicalisation des jeunes ne participe pas directement de ce qui se passe en Libye. Il est évident que le Premier ministre français et son ministre de l’Intérieur apprennent que la «dé-radicalisation» à laquelle a appelé l’Algérie passe forcément par un combat acharné contre l’idéologie-matrice de la violence islamiste qu’est le wahhabisme. La partie française saura-t-elle apprécier les arguments d’Alger, quelques jours après avoir décoré le prince héritier d’Arabie saoudite? Le même prince à qui Alger avait réservé une fin de non-recevoir à sa coalition armée sunnite pour combattre les chiites.

La donne sécuritaire n’est donc pas une affaire aisée, mais il semble qu’au niveau où est arrivée la menace en France et en Europe, les avis peuvent converger sur les moyens politique, juridique et diplomatique à mettre en oeuvre pour lutter efficacement contre l’islamisme radical quel que soit le nom qu’il puisse porter. Cela au plan de la sécurité. Pour le reste de la coopération algéro-française, celle-ci ne sera certainement pas mise sous le coude, en tout cas, ce n’est pas la vision d’Alger qui aspire à équilibrer sa balance commerciale avec la France. En ces temps de promotion tous azimuts, des exportations de produits agricoles et de diversification de l’économie, la réunion du Comité intergouvernemental de haut niveau, est une aubaine pour évaluer l’efficacité du dispositif qui est en train de se mettre en place dans les ports et les zones industrielles du pays. On annonce,à l’occasion de cette session, la signature de plusieurs accords, qui ont fait l’objet d’une maturation au niveau du Comité mixte économique franco-algérien. Le fameux projet d’une usine Peugeot à Oued Tlélat à Oran figure en bonne place sur la liste des projets économiques qui devraient être officiellement lancés à l’issue de la réunion.

L’on notera également que neuf accords, liés aux domaines des transports, de l’agriculture, de la propriété intellectuelle, ainsi que sur la mobilité des jeunes diplômés algériens et français, ont été signés lors de la dernière réunion du Comité mixte économique franco-algérien qui s’est réuni en décembre dernier à Paris. On aura constaté la régularité des rencontres et surtout le respect des rendez-vous et les ordres du jour, chaque fois, chargés, des réunions.

Cliquez ici pour lire l’article depuis sa source

Lexpressiondz.com

Laisser un commentaire