Visa Schengen : ce qu’il faut savoir



Un voyageur muni d’un visa Schengen peut-il effectuer son premier voyage dans un pays de l’espace européen qui n’est pas celui qui a délivré le visa ? Depuis quelques jours, des versions contradictoires circulent.

Air Algérie, se basant sur une directive émanant de la Direction de l’aviation civile et de la météorologie, DACM, adressée aux compagnies aériennes, a demandé à ses clients d’effectuer le premier voyage par le pays qui a délivré le visa, évoquant des risques de pénalités et de refoulement. Pour l’Union européenne, le détenteur d’un visa Schengen n’est pas obligé de débuter son voyage par le pays qui lui a délivré son visa.

Concrètement, quand un voyageur muni d’un visa veut effectuer son premier voyage par un pays différent de celui qui l’a délivré, il peut acheter son billet chez Air Algérie. « Nous pouvons vous vendre un billet pour la destination de votre choix. Mais on vous prévient que vous prenez le risque d’être refoulé si votre première destination n’est pas celle du pays qui vous a délivré le visa », explique Zoheir Houaoui, chef de la division commerciale d’Air Algérie.

En plus du visa, d’autres documents sont nécessaires, selon l’article 6 du code frontière Schengen : objet du séjour, moyens de subsistance et d’hébergement, assurance, titres de transport entre le pays d’arrivée et le pays de destination. Ils peuvent être demandés à tout moment. « Tout est lié au motif de votre voyage. D’ailleurs, l’article 30 de ce même règlement stipule que la possession d’un visa Schengen ne suppose pas que vous pouvez accéder au territoire européen », précise M. Houaoui.

L’avis publié par le service diplomatique de l’Union européenne (European External Action Service) « complète les propos de M. Bouderbala ne les contredit pas », selon Zoheir Houaoui, qui rappelle qu’Air Algérie « a reçu une instruction de la Direction de l’aviation civile et de la météorologie pour que le client soit informé des dispositions du règlement » concernant le visa Schengen. « L’avis publié par les services de l’UE ne dit pas que le passager pour se rendre là où il le souhaite. Il doit toujours fournir des justificatifs sur la destination principale », conclut le chef de la division commerciale d’Air Algérie.

En conclusion : le détenteur d’un visa Schengen peut ne pas débuter son voyage par le pays qui lui a délivré son visa, mais il prend le risque d’être refoulé.

Source : tsa-algerie.com / Rafik Aiouaz

Laisser un commentaire